Search

Histoire d'une coopérative minière de femmes fonctionnant à Shabunda au Sud–Kivu

Dans le cadre du projet SMSV, exécuté par PACT sur financement d’USAID, au Nord-Kivu et au Sud-Kivu, SOFEDI a mis en œuvre le volet transversal intitulé : ‘amélioration de la représentativité des femmes dans les exploitations minières artisanales’. Ce volet s’occupait de la formation des femmes, des membres des CLS, sous CLS et des inspecteurs de mines sur les violences sexuelles et basée sur le genre, et de la structuration des femmes travaillant dans les sites d’exploitation minière au Nord-Kivu et au Sud-Kivu. 
En plus des formations sur les violences sexuelles, les violences basées sur le genre et les droits des femmes dans les mines, plusieurs regroupements de femmes ont bénéficié d’une structuration en vue d’améliorer leurs capacités d’autonomisation et de représentation dans le secteur minier

En 2019, lors de la première mission de qualification et validation durable des sites miniers à Shabunda, 4 structures des femmes avaient été mises en place. L’accompagnement de ces structures a permis, pour certaines d’entre elles, d'évoluer vers des coopératives minières pour des femmes détenant des "puits d’extraction" ou étant des creuseuses.
Photo n° 1 mise en place des structures des femmes travaillant dans les mines à Shabunda 
Parmi les structures ayant réussi à évoluer en une coopérative, nous noterons la SOCOOMIFESHA. En effet, en Mai 2021, ces femmes ont développé leur vision, avec l’accompagnement de SOFEDI, et ont décidé de se constituer en une société coopérative.
Photo n°2 Réunion des femmes pour se constituer en une coopérative à Shabunda
Le 16 Mai 2021, des structures de femmes à Shabunda ont organisé une assemblée générale élective. Elles ont décidé de mettre en place une coopérative minière des femmes de Shabunda ayant pour objectif de valoriser leur travail. Elles avaient mis en lumière les avantages qu’a une coopérative sur des structures ou regroupement ordinaires. Cette coopérative a d’abord été nommé COOMIFESHA, en suivant le modèle du droit OHADA. Cette assemblée générale élective a été sanctionnée par un procès-verbal.
Photo n° 3 Procès-verbal de l’assemblée générale élective du comité de gestion de COOMIFESHA
La consitution de la coopérative minière achevée, le PFT et SOFEDI ont jugé bon de procéder aux renforcement des capacitités des membres de la coopérative.  Afin que "la première coopérative feminine" de Shabunda, voire de la province, dispose des bons outils pour sa gestion, des formations sur la bonne gouvernance, la gestion et l'administration d'une coopérative minière ont éte mises en place. « Ces formations dont les femmes bénéficient aujourd’hui, nous , les coopératives masculines,  avons été laissé pour contre. Nous demandons qu'on en organise aussi pour nous. » a dit le président de la synergie des coopératives minières de Shabunda
Photos 4 et 5 Formation de femmes membres de COMIFESHA
Ainsi aujourd’hui, SOCOOMIFESHA est actuellement à Shabunda avec un statut à la province pour la recherche d’un avis favorable.
Photo n°6 : Statuts notariés 
Afin d’accompagner cette jeune coopérative dans sa formalisation et de permettre sa pérennisation, SOFEDI n'a pas croisé les bras. Elle a toqué à de nombreuses portes pour la mobilisation de fonds. Au mois d’Août 2022, SOFEDI a finalement obtenu un soutien de ALTERNATIVES CANADA pour accompagner la formalisation de la SOCOOMIFESHA. Aujourd’hui cette SOCOOMIFESHA est connu tant au niveau de la Division des Mines qu’au niveau du Ministère Provincial en détenant un Avis Favorable pour son fonctionnement.

Actuellement, cette coopérative dispose de son propre bureau, situé sur avenue Mbangayo et d'un staff permanent embauché sur recommandation de SOFEDI. Ce staff assure les activités de la coopérative au quotidien. Il dispose de la formation et d'outils adéquats pour l'administration, la gestion et la bonne gouvernance d'une coopérative minière. 
Avec la promotion du projet SMSV, la coopérative a reçu une moto AG125 qui lui permet de faire le suivi des activités d’exploitation de ses membres et l’acheminement des produits vers la coopérative.
Photo n° 7 : remise de contact de la moto et autres documents
Pour conclure, signalons que cette coopérative a commencé avec 25 femmes. Actuellement, elle compte plus de 1055 membres travaillant dans les mines dont les PDG, les loutrirères, les twangeze, les exploitantes, les négociantes… 

Les principaux défis que cette coopérative doit relever sont : 
  •  L'obtention d'équipements d’extraction et d'un technicien à temps partiel (géologue)
  • Le manque de partenaires techniques et financiers (très peu d’acteurs  s’intéressent aux questions des femmes dans les mines)

Et pour terminer, cette coopérative a sur sa feuille de route, les points suivants:  
  • Obtention d’un agrément national
  • Exportation des minerais
  • Mise en place d’une société coopérative minière des femmes au Nord-Kivu (si tout va bien ça sera à Masisi)
  • Intégration d’un programme santé au sein de la société coopérative
  •  Obtention des ZEA des 6 sites miniers des membres de SOCOOMIFESHA qualifié et validé vert
Photo n°8 : les femmes travaillant dans les mines membres de SOCOOMIFESHA
 Viviane SEBAHIRE 
Coordinatrice SOFEDI
Kinshasa, le 16/12/2022
Modifié le 06/01/ 2023
Histoire d'une coopérative minière de femmes fonctionnant à Shabunda au Sud–Kivu 

PACT/USAID: Projet de validation des sites miniers du Nord et Sud-Kivu

Rapport d'activité

Rapport de la réunion d'information sur les activités de SOFEDI et de la Coaliton 14 et d'exploration des collaboration pour les DSSR à l'hôtel HORIZON

Rapport d'activité

Formation des agents de communication de 5 zones de santé à Bukavu et Kabare au Sud-Kivu sur le protocole de MAPUTO, et clarification des valeur et transformation des attitudes, organisées par SOFEDI avec l'appui financier d'AMPLIFYCHANGE

Sud-Kivu: Alerte! L’avortement provoqué à l’aide de plantes médicinales peut tuer…

Le recours par les filles et jeunes femmes aux techniques traditionnelles d’avortement à l’aide de plantes médicinales peut tuer. Dans la chefferie de Kaziba en territoire de Walungu où SOFEDI s’est rendu tout récemment, ce phénomène n’est pas rare. Le dernier cas en date remonte au 25 octobre. D’après notre source, il s’agissait d’une jeune femme de 19 ans qui serait retrouvé grosse à la suite d’un viol collectif.

Sud-Kivu/Lutte contre le SIDA: «Il faut se faire dépister afin d’atteindre les objectifs 95-95-95 » (Vice-Gouverneur )

A l’occasion de la Journée internationale du SIDA, le Vice-Gouverneur du Sud-Kivu, Marc Malago Kashekere s’est fait dépister, afin de servir selon lui, d’exemple aux autres. Le Vice-Gouverneur a fait savoir que parmi les recommandations des objectifs 95-95-95, figure le dépistage [volontaire], qui dit-il, devrait permettre à la population de connaitre sa situation sérologique, pour se protéger et protéger les autres

Résumé des activités pour l'année 2021 de SOFEDI

Pour tous ceux qui souhaiteraient savoir en quoi ont consisté les activités de SOFEI pour cette année 2021, voici en trois points le résumé :
1. Sensibilisation contre les violences sexuelles basées sur le genre de 7467 creuseurs reparties sur 89 sites miniers
2. Soutien aux femmes travaillant dans les mines pour leur épanouissent socio-économiques
3. Formation de 181 membres de CLS/S-CLS dans les territoires de Shabunda, Mwenga et à Masisi pour réduire les stigmatisations, harcèlements et discriminations des femmes travaillant dans le secteur minier 

SOFEDI au cœur du lancement de la coopérative SOCOOMIFESHA!

Dans le cadre de son projet d’amélioration de la représentativité des femmes dans l’exploitation artisanale des minerais au Nord-Kivu et au Sud Kivu, Solidarité des Femmes pour le Développement Intégral, SOFEDI, accompagne la mise en place de la Société ou Solidarité Coopérative Minière des Femmes de Shabunda,

Analyse de conflit et cartographie des acteurs dans le Sud-Kivu et l'Ituri

La mauvaise gouvernance du secteur minier est l’un des principaux facteurs contribuant à l’engluement du conflit dans l’est de la RDC aujourd’hui. Dans le Sud Kivu et en Ituri, il existe quatre minerais clés, à savoir l’or et les 3T (pour l’acronyme anglais : tin, tungsten tantalum; en français, l’étain, le tungstène et le tantale) qui font vivre des centaines de milliers de mineurs artisanaux congolais, mais dont le commerce et l’exploitation font l’objet de corruption à grande échelle et de violations des droits humains perpétrés par des groupes armés, y compris par des éléments indisciplinés de l’armée nationale, les FARDC.

RDC - Bintou Keita insiste sur « la nécessité absolue de mettre fin aux violences sexuelles »

Le monde célèbre le 19 juin la Journée internationale pour l’élimination de la violence sexuelle en temps de conflit. Cette journée avait été instituée par l’Assemblée générale de l’ONU le 19 juin 2 015. Dans un message à l’occasion de cette célébration cette année, la Représentante spéciale du Secrétaire général des Nations unies en RDC, Bintou Keita, a rappelé « la nécessité absolue de mettre fin aux violences sexuelles liées aux conflits en République démocratique du Congo »

Kinshasa : bientôt la campagne « Tolérance zéro » contre les violences sexuelles basées sur le genre

Le ministère congolais du Genre, Famille et Enfant s'engage dans une mobilisation des congolais afin de soutenir la campagne « Tolérance zéro » contre toutes les formes de violences sexuelles basées sur le genre. La ministre de tutelle, Gisèle Ndaya, a fait cette annonce au cours d'un point de presse tenu le dimanche 13 juin à Kinshasa.
    

Haut-Katanga : près de 110 000 personnes atteintes du SIDA

La province du Haut-Katanga compte près de cent dix mille personnes vivant avec le VIH/SIDA. La représentante pays de l'ONU/SIDA, Susan Kasedde a fait cette annonce mercredi 16 juin à Lubumbashi, en marge de la retraite annuelle de l’ONU/ Sida RDC avec ses partenaires.

« Ça arrivera un jour que la RDC soit un pays plus exportateur de bois que de minerais », estime Vivianne SEBAHIRE

Cette activiste des droits des femmes, coordinatrice de l’ONG ‘’Solidarité des femmes pour le développement intégral’’, SOFEDI, l’a déclaré dans le cadre d’un projet exécuté dans ce sens dans les provinces du Nord-Kivu, du Sud-Kivu et du Maniema

ATELIER DE LANCEMENT DU PROJET :

« Autonomisation pleine de ressources pour élever la voix des femmes pour les droits humains et protection de l’environnement dans les zones d’exploitation minière artisanale à petite échelle en RD Congo »

SUD-KIVU: Il est temps de réduire les abus et les harcèlements sexuels dans les carrés miniers

L’association pour la sauvegarde de l’enfant et la femme abandonnée (ASEFA en sigle) organise à partir de ce lundi à Bukavu un atelier de formation à l’intention des femmes travaillant dans les carrés miniers. Objectif...